Trio DoMiNo
Trio DoMiNo dans Mondo Domino
Trio DoMiNo 1er album
Célèbre groupe musical français formé en 1986, année de la catastrophe de Tchernobyl, ce qui n’a rien à voir, le trio est composé de trois cousins germains : Dominique, Miguel et Norbert. Surtout connu pour leur premier album intitulé «Paillardes A Cappella Songs, volume I» 1 le trio rencontre au milieu des années 80 un succès aussi planétaire qu'inattendu, qui leur fera croiser la route des plus grandes stars de l’époque.

Souhaitant par la suite se diversifier au gré des modes, le trio sort de nombreux albums aux styles très éclectiques (hard fm, rap, grunge, techno, raï, britpop, slam…) sans toutefois jamais retrouver le succès. Envisageant alors de revenir aux sources, ils décident, «parce qu’il faut bien payer la coque» comme ils le révèleront plus tard 2, d'enregistrer le volume II des «Paillardes A Cappella Songs». Hélas, tous les standards du genre figurant déjà sur le premier volume, le projet ne verra jamais le jour.

Continuant malgré tout d’enchaîner les tournées, principalement dans les bars 3, le trio est alors approché début 2020 4 par la production d’un film d’animation, «Mondo Domino», pour participer à sa B.O. En effet, Fans de la première heure, à la question : «Qui pour interpréter le Boléro revisité a cappella dans le film ?», les auteurs de Mondo Domino ont répondu spontanément Trio DoMiNo ! 5 Aussi, tout comme Travolta envers Tarantino, le trio sera reconnaissant aux auteurs de ce film d’avoir permis que leur talent puisse enfin revenir sur le devant de la scène, en assurant tout naturellement la promo 6, même si «en tant que star du film, [ils ont été] un poil frustrés d’apparaître si peu à l’écran !» 7

MONDO DOMINO une tagi-comédie musicale d'action satirico-burlesque
Dominique
DOMINIQUE

«Do» (diminutif de Dominique) naît en 1966 au pays basque, à même une plage, seul sur le sable, les yeux dans l’eau.

Fondu de surf dès sa plus tendre enfance, il est promis à une brillante carrière mais perd accidentellement une jambe, suite à une attaque de merlu. Subissant dans l’urgence la greffe d’une prothèse de fer 8, Do ne pourra dès lors plus jamais surfer, au risque de rouiller, ou pire, « de couler à pic tel un plomb au fond de l'océan » aux dires de ses soignants.

Dépité mais pas abattu, Do décide donc, grâce à son autre passion, les « Beach boys » qu’il a de tout temps écouté en boucle, de se focaliser sur ses membres supérieurs, et tout en s’initiant au grattage de guitare, se met à faire la manche en reprenant les tubes de ses idoles à gorge déployée, le long des golfes clairs…

Miguel
MIGUEL

C'est également en 66, à l'extrême nord de la Norvège, que «Mi» (diminutif de Miguel) voit le jour, mais de nuit, éternelle en hiver dans cette région de l'hémisphère. Passionné de culture Viking, le jeune garçon collectionne tôt tout ce qui touche de près aux runes, aux cornes de brume ou à Vic le Viking. Adolescent, il se lance même dans la fabrication d'un drakkar, avec en tête l'idée de faire ce qu'il nomme son « Paris-Drakkar », une traversée qui doit le mener jusqu'en France où il a des attaches familiales. Hélas, construit à la va-vite sans véritable savoir-faire, le navire sombrera dès sa mise à l'eau, entraînant au fond de la mer de Barents ses affaires personnelles et ses maigres économies. 9

Retrouvant la terre ferme bien que la neige soit molle, Mi ne se décourage pas pour autant. Avec pour seule fortune ses runes en poche, il fait alors la manche en prédisant l'avenir aux touristes de passage...

Norbert
NORBERT

Enfant de 66 itou, «No» (diminutif de Norbert) ouvre quant à lui les yeux en Bretagne, déjà orné d’une épaisse chevelure. Élevé au son du biniou, nourri au beurre et aux biberons de cidre, c’est tout naturellement que le garçon à la somptueuse crinière s'oriente vers des études d'art culinaire, obtenant brillamment au terme de celles-ci un master crêpe 10, avec mention. Pourtant sollicité par la crème des crêperies régionales pour y être embauché, le jeune homme ambitieux décide d'ouvrir son propre établissement. Un contrôle sanitaire mettra cependant fin à l'aventure, des touffes de cheveux ayant été retrouvées dans les plats, suite à une fulgurante calvitie.

Forcé de mettre la crêpe sous la porte avec pour seul vestige de sa faillite un réchaud portatif, No ne baisse pourtant pas les bras et fait la manche en vendant sous le manteau des crêpes à la sauvette...

 

1986 – 1989 : La rencontre des 3 cousins et les débuts du groupe 

Alors tout juste âgés de vingt ans, tandis qu’ils sont au bord du gouffre dans leurs trous respectifs, les trois cousins reçoivent un beau matin 11 l’invitation du remariage 12 de leur arrière-grand-mère, organisé en région parisienne. Ne s’étant jamais croisé jusqu’alors, c’est à l’occasion de cette fête que les trois cousins se rencontrent pour la première fois. Miguel maîtrisant parfaitement le français (teinté toutefois d'un fort accent nordique), les trois jeune hommes sympathisent et se découvrent des affinités, parmi lesquelles les grands classiques de la chanson paillarde. Aussi, après une reprise en chœur de «La grosse BEEEP à Dudule» devant des convives déchaînés, leur vient simultanément une idée de génie : monter ensemble un groupe, sous forme d'un trio, et ça tombe bien car ils sont trois.

Dès lors inséparables, ils décident de faire la manche dans le métro parisien en chantant à tue tête, et c’est avec l’aide d’un oncle rentier présent au mariage qu’ils enregistrent leur tout premier album, «Paillardes A Capella Songs, volume I». Succès surprise de l’été 86, une tournée sera rapidement montée, enchaînant les scènes crescendo, des buvettes aux premières parties, jusqu’à faire l'Olympia, le 9 novembre 1989, malheureusement devant une salle aux trois quarts vide, «tout ça à cause de la chute d’un mur à la con chez des allemands», dixit Do 13.

Dominique
 
1990 – 2020 : La suite de leur «carrière» 

À venir...


1. «P.A.C.S.» pour les intimes.

2. C'est dans l’émission « Vivement dimanche » de Michel Drucker que les trois membres du trio avoueront avoir du mal à entretenir leur péniche privée 2bis. C'est également durant cette émission qu'étant quelque peu éméchés (la faute à du chouchen de mauvaise qualité servi dans les loges, d'après leur manager de l’époque) ils tenteront de brûler une pièce de 5 francs, sauteront frénétiquement sur le canapé rouge comme sur un trampoline, feront un strip-tease en reprenant «À la queue leu leu», et remettront en cause les attentats du 11 septembre, bien que l’émission ait été enregistrée en 1999.

2bis. Baptisée «Love bottes», cette péniche luxuriante était non seulement le lieu d'habitation du trio mais également, à la fin des années 80, un lieu incontournable de la nuit parisienne. Intitulées «les bains mouches», ces soirées, dans lesquelles on ne buvait pas que de l'eau de la Seine, auront vu passé tout le gratin bien gratiné du Tout-Paris, notamment lors des soirées à thème où, à l'instar des soirées blanches d'Eddy Barclay, il fallait être habillé exclusivement en rose, ou vert, ou jaune, ou orange flashy.

3. Nom masc. Débit de boissons où les consommateurs se tenaient debout ou assis devant un comptoir.

4. À un mètre de distance, pour respecter les gestes barrières, mais sans masque, scientifiquement inutile dixit le ministre de la santé.

5. Contrairement ce que l’on pourrait croire, le titre du film et du groupe n’ont aucun rapport. Car si le nom du trio vient d'un savant assemblage des diminutifs des trois cousins, celui du film fait référence à l’effet bien connu du même nom. Malgré ce pur hasard, influence inconsciente ou complot ? Les auteurs restant flou à ce sujet, affirmant même «n’avoir jamais fait le rapprochement.» 5bis

5bis. Cf. une interview cryptée sur le dark web du «Blog des reptiliens illuminés», du 30 février 2020.

6. Mais avec un masque, scientifiquement obligatoire dixit le même ministre de la santé.

7. Cf. l’interview dans l'émission «Court-circuit» sur Arte le 27 mars 2021 après minuit (donc techniquement le 28 mars).

8. Prothèse que l'on peut entrapercevoir sur la première version de la pochette du 33 tours de P.A.C.S. vol. 1.

9. Quelques années plus tard, Mi put cependant concrétiser en partie ce rêve en ajoutant à l'avant de la péniche privée que le trio avait achetée, une figure de proue de drakkar.

10. Pour l’anecdote, la crêpe qui apparaît à la fin du film «Mondo Domino» a été préparée spécifiquement par No. C’est du reste lui-même qui se proposa de la faire, menaçant même de quitter le projet 10bis si ce n’était pas le cas, d'autant plus que la personne choisie pour la réaliser était normande.

10bis. Un enregistrement sonore sauvage du pétage de plomb de No sur le plateau circule sur tous les bons sites web putaclics qui se respectent.

11. C’était un jeudi.

12. Le 12ème.

11. Extrait d’une interview tirée de «Bide & Flop Mag», du 10 novembre 1989.